pratique
Publicité
 
maman

En santé : telle mère, telle fille

  • 15 Feb 2011
  • Facebook   Twitter   RSS
  • augmenter la taille du texte   réduire la taille du texte
  • print

En santé : telle mère, telle fille


Retrouvez toutes les infos 'au féminin' ici


'Telle mère, telle fille': cette expression se révèle très souvent exacte dans divers domaines. Alors pensez à prendre quelques renseignements auprès de votre maman, ils pourront se révéler très précieux, notamment en matière de prévention santé.

Vous devez au moins connaître deux choses:

1. Votre mère a-t-elle eu un cancer du sein ?

2. A quel âge a-t-elle été ménopausée ?

’Maman a eu un cancer du sein : j'ai deux fois plus de risques d'en avoir un moi aussi!’

Une femme dont la mère ou la soeur a déjà eu un cancer du sein a deux fois plus de risques que les autres femmes de développer un cancer du sein. D'où toute l'importance de se renseigner sur les antécédents familiaux.

Si c'est le cas, transformez cette donnée en avantage : faites-vous surveiller médicalement encore plus que les autres, au moins une fois par an, sans omettre de signaler à votre médecin traitant ou à votre gynécologue cette précieuse information sur vos antécédents familiaux.

A savoir sur les autres facteurs de risques du cancer du sein:

• Le risque de cancer du sein est plus élevé chez les femmes ayant à la fois des règles précoces et une ménopause tardive.

• Les femmes sans enfant ou ayant eu un premier enfant après 30 ans ont également plus de risques.

• Près de 15% des femmes traitées pour un cancer du sein développeront un cancer sur l'autre sein. Le suivi médical doit donc être particulièrement rigoureux.

‘Je serais ménopausée au même âge que maman’

Attention, nombre de données scientifiques indiquent qu'en cas de ménopause précoce, les risques d'ostéoporose sont accrus.

En effet, une ménopause qui s'installe avant l'âge de 50 ans, constitue un facteur de risque d'ostéoporose. Vous êtes donc plus à risque de développer cette maladie.

Là encore, il ne faut pas se laisser aller à la fatalité. Aujourd'hui, la prévention existe et le cas échéant, vous pourrez bénéficier de traitements efficaces.

Une autre affection transmise de mère en fille: l'incontinence urinaire

Si l'âge, les grossesses et l'indice de masse corporelle sont des facteurs favorisants bien établis de l'incontinence urinaire, la prédisposition génétique joue également un rôle non négligeable.

En effet, les filles de mères souffrant d'incontinence présentent un risque accru de souffrir, elles aussi, de cette pathologie. Cette constatation est valable quelle que soit la forme d'incontinence (impériosité, stress ou mixte).

De plus, si les mères ou les soeurs aînées présentent des symptômes sévères, le risque de sévérité chez les filles est également augmenté.

Ainsi, au moindre symptôme, il est essentiel de consulter. Plus les traitements sont mis en place précocement, plus leur efficacité est élevée.

Parallèlement, après chaque grossesse, respectez bien le programme de rééducation périnéale.

En conclusion, si vous ne pouvez aller à l'encontre des facteurs héréditaires, vous pouvez les utiliser à votre avantage.

Connaître vos risques vous permet d'orienter et de renforcer la surveillance médicale dans des domaines très précis, et le cas échéant, de mettre en place précocement un programme préventif, lequel sera d'autant plus efficace.

Et surtout, n'oubliez pas de porter à la connaissance de votre médecin et de votre gynécologue vos facteurs de risque familiaux.


Plus d'infos avec Santé Beauté

Partagez vos expériences sur le forum 'Au Feminin' ici

Accédez directement à la page 'au féminin' ici


vos réactions

lire aussi


consulter nos archives

recherche

publicité



forum categories

most viewed

most commented