ki news?
Publicité
 
actualités

Cambodge: mystère autour du Français Patrick Devillers, ami du sulfureux Chinois Bo Xilai

  • 20 Jun 2012
  • augmenter la taille du texte   réduire la taille du texte
PHNOM PENH (AFP)
çais Patrick Devillers, le 20 juin 2012 à Phnom Penh, au Cambodge

Le mystère restait entier à Phnom Penh mercredi sur le cas du Français Patrick Devillers, présenté comme associé en affaires avec le haut dirigeant chinois Bo Xilai tombé en disgrâce, qui a été arrêté au Cambodge et est désormais réclamé par Pékin.

L'architecte de 52 ans entretenait semble-t-il des liens d'affaires et d'amitié avec Bo Xilai, un apparatchik puissant et ambitieux qui semblait promis à une belle carrière avant de voir ses ambitions anéanties dans un enchaînement de scandales.

Mais à Phnom Penh où il vivait depuis quelques temps, il était plutôt effacé. "Je n'ai pas vu Patrick depuis des mois. Il faisait probablement profil bas parce qu'il voyait la tempête arriver", a indiqué à l'AFP une de ses connaissances sous couvert de l'anonymat.

"Je doute vraiment que cette tempête soit justifiée", a-t-il ajouté. "Je vois Patrick comme une personne subtile, presque poétique, créative, qui s'est trouvée prisonnière d'une embrouille chinoise par la faute de son enthousiasme".

Mardi, le patron de la police de Phnom Penh Touch Naruth avait expliqué que le quinquagénaire avait été arrêté "avec la coopération de la Chine", précisant que Pékin réclamait son extradition. Un traité bilatéral datant de 2000 couvre "tous les crimes commis sur le territoire chinois", donc apparemment aussi ceux commis par des étrangers.

Mais pour l'heure, les charges pesant sur le Français n'ont pas été révélées. "Nous n'avons pas d'information sur cette affaire", a martelé à Pékin le porte-parole de la diplomatie chinoise Hong Lei.

L'affaire Bo Xilai secoue l'échiquier politique chinois depuis plusieurs mois.

Ce patron de la municipalité géante de Chongqing espérait entrer au Comité permanent du Bureau politique à la faveur du Congrès du Parti communiste (PCC) à l'automne. Mais il a été suspendu au printemps du Bureau politique comme du Comité central.

Il fait l'objet d'une enquête disciplinaire pour corruption au sein du PCC, tandis que sa femme Gu Kailai, une avocate renommée, est suspectée du meurtre d'un Britannique, un certain Neil Heywood, avec lequel elle et Bo avaient des relations d'affaires.

Mais la chute vertigineuse de Bo est venue de son ancien bras droit, Wang Lijun. Ce "superflic" de Chongqing a tenté de demander l'asile au consulat américain de Chengdu après avoir apparemment livré des informations impliquant la famille de Bo dans le meurtre du Britannique.

Mercredi, un garde de sécurité d'un magasin de meuble situé en face du domicile du Français, à Phnom Penh, a indiqué avoir vu deux véhicules transportant cinq officiers de police et deux étrangers s'arrêter devant sa porte il y a environ deux semaines.

"Je les ai vus l'emmener", a indiqué le jeune homme, selon lequel Devillers n'était pas menotté. "C'est la dernière fois que je l'ai vu".

Dans un entretien au journal britannique The Daily Telegraph à son domicile en France, le père de l'architecte a exprimé sa surprise. "J'ai parlé à mon fils il y a dix jours et il semblait parfaitement calme", a-t-il expliqué.

"Il n'avait pas la moindre idée qu'il risquait l'arrestation car il prévoyait de faire un voyage en France cet été. Je veux le faire rapatrier en France (...). J'ai l'intention d'aller au Cambodge dès que possible".

Le pouvoir chinois est, selon les analystes, soucieux de mettre un terme à cette affaire, en tout cas avant le congrès, qui verra arriver au pouvoir une nouvelle génération de dirigeants. Le scandale a en effet mis à mal la façade d'unité que tente de présenter le parti unique.

Les observateurs s'attendent à une conclusion dans les semaines qui viennent de l'enquête de la Commission de discipline du Parti sur Bo, avant un éventuel volet judiciaire. Son épouse, contre laquelle pèsent des soupçons de complicité de meurtre du Britannique, devrait pour sa part être jugée.

related videos

vos réactions

blog comments powered by Disqus

à lire aussi


consulter nos archives

recherche

publicité



most viewed posts