ki news?
Publicité
 
actu générales

Aung San Suu Kyi honorée à Oxford, son université de coeur

  • 20 Jun 2012
  • augmenter la taille du texte   réduire la taille du texte
OXFORD (AFP)
Oxford, le 20 juin 2012

Aung San Suu Kyi, le chef de l'opposition birmane, a reçu mercredi avec émotion un doctorat honoris causa de l'université anglaise d'Oxford, où elle a étudié et vécu des années heureuses en famille avant que son destin ne bascule en 1988.

"Cette journée m'a beaucoup émue", a reconnu la dame de Rangoun, revêtue de la toge et de la toque universitaires, en recevant le diplôme honorifique des mains de Chris Patten, président de l'université et ancien gouverneur de Hong Kong.

"Pendant toutes ces années difficiles en résidence surveillée (...) mes souvenirs d'Oxford (...) m'ont aidée à affronter les défis auxquels je devais faire face", a-t-elle confié.

Plus de 1.000 étudiants et universitaires ont longuement ovationné debout le prix Nobel de la paix, dans le cadre impressionnant de l'amphithéâtre Sheldonian du XVIIe siècle.

Chris Patten a, quant à lui, salué, en latin, la "championne insoumise de la liberté, (...) exemple de courage et de force pour (son) peuple et le reste du monde".

Pour sa première visite en Europe depuis 1988, Aung San Suu Kyi a choisi de revenir mardi et mercredi à Oxford, où elle a étudié entre 1964 et 1967 et a vécu avec Michael Aris, épousé en 1972.

Oxford

C'est aussi dans cette ville du sud de l'Angleterre, où elle a passé une vingtaine d'années, qu'elle a élevé ses deux fils, Alexander et Kim, dans leurs jeunes années.

Et lorsqu'elle est partie en 1988 en Birmanie au chevet de sa mère malade, elle n'avait sans doute pas imaginé qu'elle ne reviendrait pas avant près d'un quart de siècle.

Son engagement pour la démocratie dans son pays et la lutte contre la junte militaire l'ont amenée à faire le choix douloureux de laisser derrière elle ses enfants, restés au Royaume-Uni avec leur père, un spécialiste du Tibet.

De peur que la junte militaire au pouvoir ne la laisse pas rentrer en Birmanie, elle est restée à Rangoun alors que son mari succombait à un cancer de la prostate en 1999.

Libérée en novembre 2010 après un total de 15 ans de résidence surveillée, Aung San Suu Kyi, récemment élue députée, effectue actuellement un tournée européenne de 17 jours, au cours de laquelle elle reçoit un accueil digne d'une star.

Elle a confirmé dans une interview accordée à la BBC mercredi son désir de diriger son pays si elle "peut (le) mener dans la bonne direction". Elle a aussi rejeté l'idée que sa libération en 2010 ait pu être une "combine" des autorités pour obtenir la levée des sanctions imposées à la Birmanie.

"La route qui se dessine devant moi n'est pas facile, mais Oxford attend le meilleur des siens", a-t-elle souligné.

Assise pendant la cérémonie à côté du romancier John le Carré, lui aussi honoré par l'université d'Oxford, elle l'a remercié pour ses livres, qui "m'ont aussi beaucoup aidée quand j'étais en résidence surveillée"."Ils représentaient un voyage dans le vaste monde, d'autres pays et d'autres idées", a-t-elle expliqué.

Dans le cadre de cette visite d'une semaine au Royaume-Uni, l'opposante birmane doit s'adresser jeudi aux deux chambres réunies du Parlement britannique dans l'enceinte solennelle de Westminster Hall, un honneur conféré seulement quatre fois à des dignitaires étrangers dans le passé -dont Charles de Gaulle et Nelson Mandela.

Auparavant, elle aura rencontré à la mi-journée le Premier ministre David Cameron, avec lequel elle donnera une conférence de presse commune, et le prince Charles.

Son séjour britannique doit s'achever le 26 juin, date à laquelle elle mettra le cap sur la France.

related videos

vos réactions

blog comments powered by Disqus

à lire aussi


consulter nos archives

recherche

publicité



most viewed posts