ki news?
Publicité
 
actualités

Inde: 21 rebelles maoïstes tués par les forces de sécurité

  • 29 Jun 2012
  • augmenter la taille du texte   réduire la taille du texte
RAIPUR (AFP)
ération de recherche de rebelles maoïstes en novembre 2011 au sud ouest de Calcutta

Au moins 21 maoïstes indiens ont été tués lors d'une série d'affrontements vendredi avec les forces de sécurité dans l'Etat du Chhattisgarh (centre), l'un des bastions de cette rébellion d'extrême-gauche qui dit lutter pour la défense des tribus et des paysans sans terre.

Dix-sept rebelles ont été tués au cours d'un premier échange de coups de feu, qui s'est produit tôt vendredi dans une zone forestière à environ 295 km au sud de la capitale de cet Etat, Raipur, a indiqué à l'AFP par téléphone le commissaire de police du district, Prashant Agrawal.

Quatre autres maoïstes ont été tués dans deux incidents séparés dans la même région.

"De nombreux membres des forces de sécurité fouillent la zone à la recherche de rebelles ayant trouvé refuge ici", a ajouté M. Agrawal. Dix-neuf rebelles ont déjà été capturés et placés en détention, a-t-il ajouté.

A New Delhi, le ministre de l'Intérieur, P. Chidambaram, a salué "le courage et les grandes compétences" des unités de police impliquées dans les fusillades.

Il s'agit d'un rare succès pour les forces de sécurité qui tentent de déloger les maoïstes de leur bastion pour mettre fin à une longue guérilla dans le cadre d'une opération d'envergure baptisée "Traque verte", lancée en 2009 sans véritable succès jusqu'à présent.

Au Chhattisgarh le mois dernier, les maoïstes ont pris en embuscade une patrouille de police et tué six policiers et un civil.

Selon le Premier ministre, Manmohan Singh, cette "rébellion rouge", qui défie l'autorité de l'administration centrale et des gouvernements locaux depuis 1967 et a coûté la vie à des dizaines de milliers de personnes, est la principale menace pesant sur la sécurité intérieure.

Au cours des derniers mois, la violence maoïste a repris de la vigueur, avec une série d'enlèvements visant, pour la première fois, des étrangers.

Deux Italiens avaient été enlevés en mars dans l'Etat de l'Orissa (est), avant d'être séparément relâchés.

En avril, un parlementaire avait été également kidnappé, puis relâché, dans ce même Etat.

En échange de rançons ou de prisonniers, ils relâchent généralement leurs victimes même si certains otages, dont des policiers, ont déjà été exécutés.

related videos

vos réactions

blog comments powered by Disqus

à lire aussi


consulter nos archives

recherche

publicité



most viewed posts