ki news?
Publicité
 
actu générales

Timor oriental: troubles à Dili après les législatives

  • 16 Jul 2012
  • augmenter la taille du texte   réduire la taille du texte
DILI (AFP)
émeute sont déployéesd dans une rue de Dili, le 16 juillet 2012

Une personne a été tuée lors de manifestations dans la capitale du Timor oriental qui se sont déroulés après l'annonce du parti au pouvoir d'exclure de sa coalition le parti d'opposition, a indiqué lundi la police.

La police a confirmé avoir eu recours à des tirs de sommation et des gaz lacrymogènes pour disperser des rassemblements dimanche soir dans la capitale, Dili.

Les manifestants protestaient contre l'annonce par le parti au pouvoir, arrivé en tête lors des élections législatives de début juillet, de ne pas faire appel au Fretilin (opposition) pour sa coalition.

"Nous avons été informés qu'une (personne) a été tuée à Hera", un village près de Dili, a indiqué Longinhos Monteiro, de la police nationale. Plusieurs personnes ont été blessées, une soixantaine de véhicules ont été endommagés et sept maisons brûlées, a-t-il ajouté.

Le Congrès national pour la reconstruction du Timor (CNRT, centre gauche), mené par le Premier ministre Xanana Gusmao, ancien président et héros de l'indépendance, est arrivé en tête des élections législatives de début juillet, en remportant 30 sièges. Il doit cependant former une coalition pour gouverner.

Le CNRT a annoncé qu'il allait demander au Parti démocrate (PD), membre de l'actuelle coalition gouvernementale, de participer à la nouvelle coalition, ainsi qu'au parti plus modeste Frente-Mudanca.

L'ONU, présente depuis 1999, avait annoncé précédemment qu'elle rappellerait ses quelque 1.300 Casques bleus avant la fin de l'année si aucune violence ne venait ternir les législatives, ce qui a été le cas, ni la période qui suit.

"Nous ne traitons pas (ces violences) comme un incident majeur de sécurité", a déclaré lundi Sandra McGuire, responsable de la communication pour la mission de l'ONU au Timor-Oriental.

"La police nationale est parvenue à contenir les troubles, cela montre donc leur capacité à gérer la situation", a-t-elle ajouté, précisant que les Casques bleus avaient simplement joué un rôle de "soutien" à la police dimanche soir.

Le Front révolutionnaire du Timor oriental indépendant (Fretilin, gauche) a remporté 25 sièges (sur un total de 65 sièges) lors des élections et va devoir rester cinq années de plus dans l'opposition.

La moitié des 1,1 million de Timorais vit sous le seuil de pauvreté et environ 20% d'entre eux sont au chômage. La découverte d'un gisement d'hydrocarbures a fait naître un espoir de développement mais qui reste à concrétiser, comme le montre la persistance de nombreux bidonvilles.

related videos

vos réactions

blog comments powered by Disqus

à lire aussi


consulter nos archives

recherche

publicité



most viewed posts