ki news?
Publicité
 
actu générales

Syrie: les rebelles organisent des élections municipales dans un village "libéré"

  • 20 Jul 2012
  • augmenter la taille du texte   réduire la taille du texte
MAARZEITA (AFP)
élections municipales organisées par les rebelles qui ont pris le contrôle de la ville de Marzeta, le 20 juillet 2012

"Aujourd'hui, j'ai expérimenté la démocratie et la liberté": alors que les combats font rage en Syrie, les habitants d'un village rebelle de Jabal al-Zawiya (nord-ouest) préparent déjà l'après-Assad en organisant leurs premières élections municipales libres.

A Maarzeita, les 600 hommes de plus de 18 ans du village sont appelés à élire les neuf membres de leur "Conseil local révolutionnaire".

A l'extérieur du bureau de vote improvisé dans l'école du village, les noms des 21 candidats sont inscrits sur une liste. Deux jeunes recopient les neuf noms qu'ils ont sélectionnés sur un morceau de papier blanc qui fait office de bulletin de vote.

D'autres écrivent leur liste sur un coin de table, en se cachant d'une main, aucun isoloir n'a été installé. L'ambiance est bon enfant mais les votants sont disciplinés et aucun incident n'a été signalé durant les six heures de vote.

A l'entrée, des militaires dissidents régulent la queue qui se forme, faisant entrer par petits groupes les électeurs, des hommes, de tous âges, portant une abaya, la tunique traditionnelle, ou habillés à l'occidentale.

Seule ombre, de taille, à ce tableau, aucune femme n'est candidate et seuls les hommes se sont présentés au bureau de vote.

Si dans cette région pauvre de la Syrie, les femmes participent au même titre que les hommes aux manifestations hostiles au régime du président Bachar al-Assad, l'une d'entre elle a dit à l'AFP avoir été empêchée de participer à ce scrutin.

A l'intérieur, derrière une table recouverte d'un drapeau de la révolution syrienne, le chef du bureau entouré de plusieurs assesseurs coche l'identité des votants et surveille l'urne en plastique transparent qui trône en bout de table.

Parmi les organisateurs de ce vote sans précédent, une majorité d'enseignants et quelques commerçants.

"Aujourd'hui, j'ai expérimenté la démocratie et la liberté", se réjouit un électeur d'une vingtaine d'années, vêtu d'une chemise blanche.

Son ami, venu voter avec lui, renchérit: "Auparavant, que ce soit pour les élections présidentielle ou parlementaires, on nous obligeait à voter pour un candidat. Aujourd'hui, c'est la première fois qu'on ne subit aucune influence".

Les habitants racontent les élections précédentes aux résultats connus d'avance, le candidat unique était alors appointé par le parti Baas, au pouvoir depuis 1963 en Syrie, et souvent parachuté.

Cette fois-ci, lors de ce scrutin inédit en Syrie, Maarzeita a élu des enfants du pays, dont Ahmed Khatib al-Ilmi, la trentenaire, qui a remporté le plus de suffrages avec 250 voix sur les 433 bulletins recensés.

Certains tentent de contester les résultats à l'issue du dépouillement fait en public au milieu de la fumée des cigarettes des assesseurs et des notables appelés d'autres villages pour surveiller le bon déroulement du scrutin.

Rapidement, le chef du bureau reprend la situation en main, brandissant ses listes où sont cochés les noms des votants et où sont reportés les nombres de voix.

Jabal al-Zawiya est une région montagneuse pauvre farouchement hostile au régime et considérée par les insurgés comme une des zones les plus autonomes et sûres de Syrie en proie depuis plus de 16 mois à une révolte réprimée dans le sang par le régime.

Bientôt, assurent fièrement les habitants, tous les villages de Jabal al-Zawiya suivront leur exemple.

related videos

vos réactions

blog comments powered by Disqus

à lire aussi


consulter nos archives

recherche

publicité



most viewed posts