ki news?
Publicité
 
actualités

"Prière punk" contre Poutine: nouvelle audience dans le procès des Pussy Riot

  • 30 Jul 2012
  • augmenter la taille du texte   réduire la taille du texte
MOSCOU (Russie) (AFP)
ées de hooliganisme, le 20 juillet 2012 à Moscou

Une nouvelle audience dans le procès des trois membres du groupe Pussy Riot arrêtés il y a cinq mois pour une "prière punk" contre Vladimir Poutine dans une cathédrale a débuté lundi à Moscou, retransmise en direct sur le site internet du tribunal.

Nadejda Tolokonnikova, 22 ans, Ekaterina Samoutsevitch, 29 ans, et Maria Alekhina, 24 ans, sont accusées d'"hooliganisme" et encourent jusqu'à sept ans de prison.

Ces jeunes femmes sont poursuivies pour avoir entonné le 21 février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une "prière punk" intitulée "Marie mère de Dieu - chasse Poutine !" à l'intérieur de la cathédrale du Christ-Sauveur, dans la capitale russe.

Au total, cinq femmes du groupe Pussy Riot ont participé à cette action, mais seules trois d'entre elles ont été arrêtées par la police. Le tribunal chargé de l'affaire a récemment ordonné leur maintien en détention jusqu'en janvier 2013.

Les trois prévenues sont apparues souriantes dans leur cage vitrée sur les images retransmises en direct par le site internet du tribunal Khamovnitcheski de Moscou qui doit entendre lundi les premiers arguments légaux dans ce procès.

La "prière" contre Vladimir Poutine a suscité de nombreuses réactions de désapprobation, dans un pays qui a connu depuis la chute du régime soviétique en 1991 un renouveau religieux.

à Saint-Pétersbourg

Mais de nombreuses personnalités russes, y compris certaines revendiquant leur appartenance à la communauté orthodoxe, ont au contraire pris la défense des trois jeunes femmes, jugeant disproportionnés avec les faits les poursuites et leur maintien en détention.

Pour sa part, le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a appelé à ne pas dramatiser ce procès et à le traiter "dans le calme".

"Attendons la fin de l'enquête et le verdict, et, après cela, on pourra dire si un délit a eu lieu ou pas", a-t-il déclaré dans un entretien avec le quotidien britannique The Times publié lundi et dont des extraits ont été diffusés par la télévision russe.

related videos

vos réactions

blog comments powered by Disqus

à lire aussi


consulter nos archives

recherche

publicité



most viewed posts