ki news?
Publicité
 
sports

Ligue des champions: les choix contestables de Didier Deschamps pour l'OM

  • 29 Mar 2012
  • augmenter la taille du texte   réduire la taille du texte
MARSEILLE (AFP)
îneur de Marseille Didier Deschamps déçu après la défaite contre le Bayern Munich (2-0) lors du quart de finale aller de la Ligue des champions, le 28 mars 2012

Titulariser un gardien qui n'avait pas joué depuis plus d'un an, opter pour un dispositif tactique basé sur les contres où l'essentiel était avant tout de ne pas prendre de but: au lendemain du revers de l'OM contre le Bayern, les choix de Didier Deschamps paraissent discutables.

Face à un adversaire auquel il a laissé les clés du jeu, Marseille a presque entièrement hypothéqué ses chances de qualification, en s'inclinant logiquement (2-0) sur sa pelouse en quart de finale aller de la Ligue des champions.

"J'ai eu un choix difficile à faire sur le plan sportif et humain. Je l'ai fait et je l'assume": la décision d'aligner Elinton Andrade, gardien N.3, plutôt que l'expérimenté Gennaro Bracigliano, revient à Deschamps qui devra bien reconnaître que son gardien numéro 3 n'a pas été à la hauteur.

Une première alerte sur un dégagement aux poings raté, une deuxième sur un mauvais contrôle du pied offrant un corner aux Allemands et enfin une faute de main sur le premier tir cadré de Gomez synonyme de but: Andrade n'a pas été à la hauteur d'un tel sommet même si l'on peut se demander si Mandanda ou Bracigliano auraient pu empêcher la belle mécanique allemande de concrétiser sa nette domination.

"Steve c'est Steve, Andrade c'est Andrade. Ce soir, je n'ai rien à lui reprocher", a réagi mercredi soir un Deschamps légèrement irrité par les questions.

Au-delà du choix du gardien, c'est l'attitude globale de cet OM qui pose désormais question et pourrait fragiliser l'entraîneur. Même si Loïc Rémy a eu dès la 7e minute l'occasion de marquer, le Bayern, sans forcer, a eu tout le temps de construire son succès, face à une équipe recroquevillée en défense et qui, sur les phases offensives, évoluait presque toujours en infériorité numérique.

"On prend ce but qui nous fait très mal juste avant la mi-temps. Jusque là, on avait très bien défendu. Face à une telle équipe, c'est ce qu'il fallait faire", a pourtant insisté Deschamps.

Penser avant tout à défendre face à l'une des lignes offensives les plus explosives d'Europe peut se comprendre. Et un déplacement à l'Allianz Arena fort d'un 0 à 0 à l'aller, comme l'an passé en 8e de finale contre Manchester United où l'OM était passé tout près de l'exploit, aurait de fait pu inciter à l'optimisme.

attaquant du Bayern Munich Arjen Robben, lors du quart de finale de Ligue des champions, le 28 mars 2012

Mais à trop subir, face à des virtuoses aussi efficaces que réalistes comme Robben, Ribéry ou Gomez, l'OM n'a pas fait le poids. Et attendre un exploit face au quadruple champion d'Europe d'une équipe incapable de battre Ajaccio, Dijon ou Nice relève certes de l'utopie.

Plongé dans cette interminable série noire, Deschamps, fort d'un contrat en béton qui le protège, continue d'avoir le soutien de son président et de son actionnaire.

"Ce soir, on est déçu, mais ce n'est pas fini", a déclaré après le match Margarita Louis-Dreyfus, accompagné de Vincent Labrune. "J'ai toujours confiance en Didier (Deschamps) et dans l'équipe", a-t-elle ajouté.

Une grande partie des supporteurs, encore en grève mercredi au coup d'envoi, a lui fait son choix: "Deschamps et tes joueurs cassez-vous !", pouvait-on lire sur une des banderoles.

Même si son histoire au club (capitaine vainqueur de la Ligue des champions 1993) lui vaut jusqu'à maintenant l'immunité, une défaite en finale de Coupe de la Ligue le 14 avril contre Lyon, qui priverait l'OM de toute compétition européenne l'an prochain, s'ajoutant à des relations tendues avec le directeur sportif José Anigo, serait cependant lourde de conséquence.

related videos

vos réactions

blog comments powered by Disqus

à lire aussi


consulter nos archives

recherche

le scan


publicité



most viewed posts