ki news?
Publicité
 
sports

Euro/France: la page du fiasco de Knysna tournée

  • 20 Jun 2012
  • augmenter la taille du texte   réduire la taille du texte
KIEV (AFP)
ède, à Kiev, le 19 juin 2012.

Accablée il y a deux ans après le fiasco sportif et moral du Mondial-2010, l'équipe de France est enfin parvenue à tourner la page de Knysna et à relever la tête avec sa qualification, mardi, pour les quarts de finale de l'Euro-2012, récupérant sa place dans le gotha continental.

Retrouver un certain crédit sportif et reconquérir les coeurs: tels étaient les buts assignés aux Bleus avant leur départ pour l'Ukraine. Après un parcours en poules équilibré (une victoire, un nul, une défaite), la mission a été parfaitement remplie. Laurent Blanc et sa troupe peuvent désormais, sans pression, aborder la suite du tournoi avec le sentiment du devoir accompli.

Dès sa prise de fonctions au lendemain du désastre sud-africain, le sélectionneur s'est attelé à une vaste entreprise de reconstruction, changeant aussi bien les hommes que l'identité de jeu. Malgré une campagne qualificative parfois laborieuse, les résultats ont validé cette stratégie, les Bleus ayant été, jusqu'à la défaite contre la Suède (2-0) mardi, invaincus 23 matches d'affilée, avec même quelques cadors à leur tableau de chasse en amical (Angleterre, Brésil, Allemagne).

Top 8

ède, à Kiev, le 19 juin 2012.

Mais il manquait l'onction d'une phase finale pour valider définitivement ce renouveau. C'est chose faite puisque Blanc a réussi là où son prédécesseur Raymond Domenech avait échoué, à savoir franchir un premier tour de phase finale avec les éliminations précoces de l'Euro-2008 et du Mondial-2010.

Le retour de la France dans le Top 8 continental est également une bouffée d'oxygène pour la Fédération française de football. Son président Noël Le Graët avait fait de la restauration de l'image des Bleus, gravement ternie par l'épisode de la grève de l'entraînement à Knysna, l'un de ses objectifs majeurs.

A voir les courbes d'audience lors des deux premières rencontres de la France (plus de 10 millions de téléspectateurs), ce pari est en passe d'être réussi malgré un couac (insulte de Nasri adressée aux médias après son égalisation contre l'Angleterre, 1-1).

Le réveil des Bleus est avant tout la récompense de la méthode impulsée par Blanc. En rupture totale avec le style de Domenech, le +Président+ a profité de sa légitimité d'ancien grand joueur (champion du monde et d'Europe) pour imposer ses vues, relançant des joueurs en disgrâce (Ribéry, Nasri, Mexès) et privilégiant un jeu basé sur la possession de balle et l'attaque.

Ribéry

ède, à Kiev, le 19 juin 2012.

Avec ce billet pour les quarts, qui verra les Bleus se mesurer samedi à Donetsk à l'Espagne championne du monde et d'Europe en titres, Blanc sécurise son avenir à la tête de la sélection et devient quasiment incontournable en vue de la qualification pour le Mondial-2014 en dépit de quelques frictions avec Le Graët. Les deux hommes ont rendez-vous après l'Euro pour discuter du futur mais le maintien du sélectionneur ne fait plus beaucoup de doute.

Au-delà de l'aspect sportif, Blanc a très vite saisi l'ampleur de la fracture avec le grand public, faisant tout pour que les Bleus mettent de côté leur attitude hautaine pour se rapprocher de leurs supporteurs.

Le cas Ribéry est assez symptomatique du changement opéré en deux ans. Déconsidéré aux yeux des Français après l'affaire Zahia et montré du doigt comme l'un des meneurs de la mutinerie de Knysna, le milieu du Bayern Munich, suspendu 3 matches par la FFF, a toujours eu le soutien de Blanc.

Sa popularité retrouvée lors des trois rencontres de préparation et ses prestations impressionnantes lors de cet Euro sont bien la preuve que les temps ont changé et que Knysna devient peu à peu de l'histoire ancienne.

Les joueurs ne souhaitent d'ailleurs plus évoquer publiquement cet épisode fâcheux. La petite pique de Michel Platini, qui avait déclaré que les Bleus seraient dangereux à l'Euro s'ils "descendent du bus", n'a pas été du goût des anciens, Ribéry et Valbuena ayant ostensiblement refusé de répondre au président de l'UEFA. Qui voudra encore parler de Knysna après cette qualification ?

related videos

vos réactions

blog comments powered by Disqus

à lire aussi


consulter nos archives

recherche

le scan


publicité



most viewed posts