ki news?
Publicité
 
sports

Euro: après cette phase de poules, on en redemande !

  • 20 Jun 2012
  • augmenter la taille du texte   réduire la taille du texte
KIEV (AFP)
à Lviv.

Une Allemagne qui séduit, des matches spectaculaires, Cristiano Ronaldo ou Andrea Pirlo qui régalent, aucun 0-0: la phase de poules de l'Euro-2012 a tenu ses promesses. Vivement la suite avec dès jeudi le premier quart de finale, Portugal-République tchèque.

. Les équipes

Grandes favorites de l'épreuve, l'Espagne et l'Allemagne ont terminé en tête de leur groupe mais n'ont pas laissé la même impression. Avec trois victoires, sur des scores certes étriqués, la Mannschaft est sortie sans trembler du groupe B, dit "de la mort". Elle semble très forte, d'autant qu'Ozil peut faire mieux.

Les champions du monde et d'Europe ont eux impressionné une fois, mais ce n'était que contre l'Eire (4-0). Pour le reste, ils ont dominé l'Italie mais fait match nul (1-1) et ont souffert jusqu'au bout face à la Croatie (1-0) avec un énorme arrêt de Casillas à 0-0. L'Espagne devra sans doute en faire un peu plus pour conserver son titre, et dès samedi lors de son quart de finale contre la France.

Derrière ces deux géants, le Portugal a fait bonne impression après des débuts ratés (défaite 1-0 contre l'Allemagne) et fait figure de véritable outsider, tout comme la France, qui a raté son dernier match contre la Suède (0-2) après deux belles prestations. L'Italie et l'Angleterre, 1re du groupe D, est également au rendez-vous.

La plus grande déception est venue des Pays-Bas, finalistes du Mondial et éliminés piteusement avec trois défaites et un jeu indigne d'une équipe comprenant de tels talents.

L'Ukraine et la Pologne, les pays-hôtes, ont été éliminés.

. Les joueurs

à Kharkiv.

Critiqué pour un début de compétition en demi-teinte, Cristiano Ronaldo a répondu de façon spectaculaire avec un match extraordinaire contre les Pays-Bas (deux buts, deux poteaux et une soirée de cauchemar pour son adversaire direct Van der Wiel).

Dans la foulée de sa superbe saison avec le Bayern Munich, l'Allemand Mario Gomez a lui frappé fort avec trois buts dès les deux premiers matches.

Avec l'Italie, "l'architecte" Andrea Pirlo, 33 ans, rayonne plus que jamais. Un but, deux passes décisives: le Turinois est en pleine forme et porte une "Nazionale" qui pourrait surprendre.

Au premier rang des déceptions figure Robin Van Persie, 30 buts avec Arsenal, un seul avec les "Oranje" et un match affreux contre le Danemark. Mais toute son équipe est une déception.

Le Suédois Ibrahimovic est plus difficile à juger. Il a été la première des "stars" à être éliminé et son positionnement en N.10 n'a pas forcément convaincu. Mais sans lui, les Suédois ne seraient probablement pas à l'Euro et il a surtout marqué le plus joli but de ce 1er tour, -avec celui de l'Anglais Welbeck- d'une reprise de volée acrobatique contre la France.

Enfin, le Russe Arshavin a vécu un Euro à l'image de sa carrière: brillant en ouverture contre les Tchèques, il a disparu ensuite, et son équipe avec lui.

à Poznan.

Parmi les révélations de cet Euro, on peut citer les attaquants russe Dzagoev et croate Mandzukic, tous deux auteurs de trois buts en phase de poule. En défense, le jeune allemand Mats Hummels a été remarquable.

. Les chiffres

Cet Euro a été correct en terme d'efficacité puisque après 24 matches, 60 buts ont été inscrits soit une moyenne de 2,5 par match, légèrement supérieur à celle des deux derniers Euros (2,48 en 2004 et 2008). Et surtout aucun match ne s'est fini sur le score de 0-0 lors de ce 1er tour.

C'est une première, les arbitres sont désormais cinq à chaque match. "Comment ça se fait qu'on marque plus de buts dans ce championnat ? Je crois que vous connaissez la réponse: l'arbitrage à cinq facilite les choses", a déclaré le président de l'UEFA Michel Platini. L'expérience est pour l'heure relativement concluante. Dans deux cas, une frappe de Pepe rebondissant sur la ligne lors de Portugal-Allemagne et la tête de l'Italien Cassano franchissant la ligne avant de ressortir contre l'Eire, les arbitres ont pris la bonne décision. L'exception reste la frappe de l'Ukrainien Devic, qui n'a pas été accordée contre l'Angleterre alors que le ballon avait franchi la ligne.

Parmi les curiosités de ce 1er tour, on peut noter que remporter son premier match n'était pas la meilleure des idées: Russie, Danemark, Croatie et Ukraine étaient en tête de leur groupe après la première journée mais ont été éliminés.

related videos

vos réactions

blog comments powered by Disqus

à lire aussi


consulter nos archives

recherche

le scan


publicité



most viewed posts