ki news?
Publicité
 
sports

Euro: coup dur pour l'arbitrage à cinq lors d'Ukraine-Angleterre

  • 20 Jun 2012
  • augmenter la taille du texte   réduire la taille du texte
KIEV (AFP)
Euro le 19 juin 2012.

L'arbitrage à cinq, défendu par le président de l'UEFA Michel Platini, a subi un coup dur mardi à l'Euro avec un but qui aurait dû être accordé à l'Ukraine face à l'Angleterre, ce qui a poussé Joseph Blatter, président de la Fifa, à rappeler son soutien à la technologie sur la ligne de but.

"Après le match d'hier, la technologie sur ligne de but n'est plus une possibilité, c'est une nécessité", écrit en anglais Blatter sur son compte Twitter.

L'intervention du grand patron du football mondial n'est pas anodine, alors que cet Euro en Ukraine et en Pologne était l'occasion de tester pour la première fois l'arbitrage à cinq lors d'un grand tournoi international.

à Donetsk.

Or, malgré la présence d'un assistant supplémentaire placé à la hauteur de la ligne de but, l'arbitre hongrois Viktor Kassai n'a pas accordé de but à l'Ukraine alors que le tir contré de Devic avait manifestement franchi la ligne avant d'être dégagé par l'Anglais Terry. L'Angleterre menait alors 1-0, score sur lequel elle s'est finalement imposée.

Cette erreur rappelle le 8e de finale du Mondial-2010 entre l'Allemagne et l'Angleterre. L'Allemagne menait 2-1 quand l'Anglais Lampard expédiait une frappe qui touchait la transversale de Neuer avant de rebondir nettement derrière la ligne. L'arbitre n'accordait pas le but et l'Allemagne l'emportait finalement 4-1.

C'est justement ce que Platini voulait éviter à tout prix. Un temps partisan de l'introduction de l'assistance vidéo à l'arbitrage, l'ancien N.10 des Bleus plaide depuis maintenant plusieurs années en faveur de l'arbitrage à cinq.

"Je suis un mec de conviction, je ne peux pas changer, il y a eu 4-5 faits bien précis en Ligue des champions ces deux dernières années, pour juger +balle rentrée-pas rentrée+, et les arbitres additionnels ont pris la bonne décision", expliquait-il au mois de mars dans un entretien avec l'AFP."

Mais cette fois-ci, ça n'a pas été le cas. Par deux fois lors de cet Euro, le système avait pourtant semblé faire la preuve de son efficacité: une frappe de Pepe rebondissant sur la ligne lors de Portugal-Allemagne n'avait pas été validée par l'arbitre français Stéphane Lannoy et un but avait été accordé à l'Italien Cassano dont la tête avait bien franchi la ligne avant de ressortir contre l'Eire.

ù beaucoup de Suiisses résident, le 14 juin 2012.

Mais le tweet de Blatter mercredi semble indiquer que cela ne suffira pas à laisser la technologie sur ligne de but au rang de projet, alors que deux systèmes concurrents sont actuellement testés et qu'une décision à ce propos doit être prise par le Board, instance garante des lois du jeu, quelques jours après la finale de l'Euro à Kiev le 1er juillet.

Platini lui-même semble résigné. "Joseph Blatter va le faire", a-t-il prédit lundi.

"La technologie sur la ligne de but, ce n'est pas le problème. Le problème c'est l'arrivée de la technologie, car, après, il faudra de la technologie sur main ou pas main, et puis avant sur le hors-jeu qui aurait pu se produire, etc. Ce sera comme ça sans fin, ça ne s'arrêtera jamais, c'est ça mon problème", avait-il ajouté pour expliquer son opposition au projet.

related videos

vos réactions

blog comments powered by Disqus

à lire aussi


consulter nos archives

recherche

le scan


publicité



most viewed posts