ki news?
Publicité
 
société

Lauréats 2012 : les ‘petits’ dans la cour des grands

  • 5 Feb 2013
  • augmenter la taille du texte   réduire la taille du texte
Lauréats 2012 : les ‘petits’ dans la cour des grands Les résultats du Higher School Certificate (HSC), proclamés lundi, ont réservé quelques agréables surprises avec cinq établissements, dont deux régionaux à savoir Lady Sushil Ramgoolam SSS et MGI Solferino et un privé, Modern, qui ont inscrit leur empreinte pour la première fois sur le registre des lauréats.

Les deux autres collèges figurant sur cette liste de grande première est le Sir Abdool Raman Osman State College et le Forest-Side SSS alors que l’Ébène SSS (filles), qui avait raflé son premier lauréat l’an dernier, a réédité l’exploit en décrochant une bourse côté science.

De son côté, le Queen Elizabeth College (QEC) s’est une fois de plus taillé la part du lion chez les filles. Ce “Star College” a fait une razzia sur les bourses côtés science et économie avec dix lauréates à son actif. Le QEC est suivi, chez les garçons, du collège St Esprit avec sept lauréats, du collège Royal de Curepipe avec six lauréats et du collège Royal de Port-Louis avec cinq lauréats.

Les bourses restantes sont allées à Rabindranath Tagore SSS avec deux lauréats, à Droopnath Ramphul SSS avec là encore deux lauréats, au Mahatma Gandhi Institute, au collège Dr Maurice Curé et au collège Lorette de Port-Louis.

À Rodrigues, le Rodrigues College a fait le plein avec quatre lauréats. Le taux de réussite 79,14% est légèrement inférieur à celui de 2011 (79,31 %), soit une baisse de 0,17 point.

Deux frères jumeaux parmi six lauréats au RCC

Cris de joie, pétarades, accolades entre élèves, parents et enseignants ont marqué la journée de lundi au collège de Royal de Curepipe. Six élèves Geshan Rugjee, Vishal Munjeet Sibdoyal, Rilen Seetaramdoo, Akhilesh Karumchand Issur et deux jumeaux Bhishum Jahaly et Bavish Jahaly ont été proclamés lauréats.

La rectrice, Chitra Lekha Awootar, a exprimé sa fierté concernant la performance de ces élèves. ‘‘Ce résultat positif est, au fait, le fruit de l’assiduité de tout un chacun. Je suis doublement fière car nous avons réalisé aux derniers examens du School Cerficate, un taux de 100 %’, a-t-elle déclaré à Le Matinal.

La plupart des lauréats interrogés rêvent de poursuivre leurs études en Angleterre. Rilen Seetaramdoo, lauréat côté Art, rêve de devenir psychologue. Agé de 19 ans, cet habitant de Pointe-aux-Sables, veut étudier en Grande-Bretagne. Pourquoi devenir psychologue ? ‘‘La psychologie est fascinante. Elle explique parfois des choses inexplicables’’, dit-il. Cet élève dit qu’il n’a éprouvé aucun stress. Son père travail comme Senior Coordinator dans l’Open University. Sa mère est femme au foyer. Rilen Seetaramdoo est le premier lauréat de la famille.

Akilesh Karamchand Issur, lauréat côté science, est âgé aussi de 19 ans. Il souhaite poursuivre ses études en économie et ne s’attendait pas à être lauréat. Il dit avoir été beaucoup encouragé par ses professeurs. ‘‘Dans ma classe, il y avait beaucoup de compétences. Je ne suis pas le meilleur élève de ma classe. J’ai persévéré et cela à apporter ses fruits. C’est pourquoi je dis aux jeunes qui aspirent à devenir lauréats de croire en leurs rêves. Il ne faut jamais baisser les bras’, a-t-il dit.

On peut se demander pourquoi il a choisi la filière économie pour poursuivre ses études et de faire carrière en tant que ‘policy maker’, alors qu’il est lauréat côté science. Il affirme que l’économie lui a toujours intéressé et avec la préparation de ses études pour devenir lauréat, il a suivi des cours en économie en privé. Il est un habitant de Vacoas. Son père est managing director dans une entreprise privée. Sa mère est directrice d’entreprise.

Par ailleurs, Geshan Rugjee a été vraiment ému en apprenant qu’il est lauréat. Il a encore du mal à y croire, selon ses dires à Le Matinal. Il mentionne qu’il était sur qu’il avait bien travaillé parce qu’il avait fourni beaucoup d’effort, mais il ne s’attendait pas à devenir lauréat.

Geshan Rugjee pense qu’il fera carrière dans les finances et souhaite devenir ‘analyst’. Son père cumule les fonctions de ‘Bank manager - Trade and Finances’ dans une institution bancaire du pays et sa mère est ‘programmer’ dans une importante institution. Il réside à Curepipe et il est le premier lauréat de la famille.

Dix lauréates au QEC

Une fois les résultats annoncés, les élèves du QEC n’ont pas perdu de temps pour manifester leur joie car le nom de leur Head Girl Noemi Lie Man Wong figure parmi les lauréates. Elles couraient et brandissaient avec fierté le drapeau du QEC. La première lauréate à faire son entrée était Nasreen Ibrahim Bahemia. La lauréate classée première pour la bourse additionnelle pour les sciences, Shameena Bonomally (18 ans) a préféré prendre discrètement ses résultats loin de la foule et regagner sa résidence à Shah Avenue, Floréal. Et la lauréate Ayesha Ragavoodoo est actuellement absente du pays. Farad Tegally, le chef du département des physiques au QEC affirme que les lauréates sont des élèves de deux classes qui ont été bien encadrées par les enseignants. “Ce sont de bonnes filles et elles ont bossé très dur, dit-il.

Swabirah Bibi Rassool SSR National Scholarship (Fille)

Son papa est Operations Officer à l’aéroport de Plaisance. Ayant décroché la bourse nationale SSR, Swabirah doit maintenant refaire ses applications car elle ne pensait pas faire carrière en médecine. Un travail assidu et la prière sont les secrets de sa remarquable performance, confie la jeune Port-Louisienne. Sa maman Khayroon Nessa confie qu’elle ne s’attendait pas que sa fille soit lauréate. Cet ex-élève du collège GMD Atchia qui avait décroché 6 unités pour la SC, aspirait à faire des études d’actuaire en Angleterre. Mais sa bourse SSR vient tout chambouler…

Lauréats 2012 : les ‘petits’ dans la cour des grands Noemi Lie Man Wong, la Head girl 1e Science Side (State of Mauritius
Scholarship)
Head Girl, cette jeune habitante de Beau-Bassin a brillamment pu concilier les études et ses responsabilités au QEC. A 18 ans, cet ex-élève du collège Ebène SSS aspire à faire des études de médecine en Australie. Son succès dit-elle est grâce au soutien de ses enseignants, de ses amies et surtout de ses parents. Pour réussir son HSC, selon elle, il faut être appliqué mais s’accorder un tout petit temps de repos. “Il ne faut pas lâcher prise. J’ai reçu l’aide de tout le monde, à qui d’ailleurs je dis un grand merci.” Noemi adore le volley-ball, la musique et aime s’amuser avec les enfants.

Nasreen Ibrahim Bahemia 3e Science Side (State of Mauritius Scholarship)

Cet ex-élève du collège BPS remercie Dieu et ses enseignants qui l’ont soutenue. Des études en médecine c’est ce qu’elle pense faire. “Mon grand tonton est médecin et ce domaine m’a toujours inspiré”, dit la jeune habitante de Beau-Bassin. Pour être lauréate, son secret a été de concilier sa vie d’étudiante et ses loisirs. Nasreen pratique le badminton comme sport.

Kimberley Trisha Chan Ah Song 4e Science Side (State of Mauritius Scholarship)

‘C’était le choc. Je ne m’y attendais pas.”Ce sont là les paroles de Kimberley Chan Ah Song, âgée de 18 ans. Cet ex-élève du collège Lorette de Port-Louis est la 4e lauréate pour le ‘State of Mauritius Scholarship’ pour les sciences. Kimberley compte poursuivre ses études en ingénierie. ‘On ne s’attendait pas vraiment à ce qu’elle soit lauréate .Mais nous savions que les filles du QEC ont du potentiel”, dit sa mère Jenny. Kimberley fait aussi la fierté de son papa James.

Pouvani Devi Cudian 2e Science Side (Additional Scholarship)

Pour elle, c’est un grand succès. Cet ex-élève de Forest Side SSS explique que pour réussir il faut simplement être disciplinée et se sacrifier à fond. Son rêve est de faire des études en médecine à l’université de Bristol. Pouvani adore la danse et la gym. Elle fait la fierté de son père Parlen, directeur de Plaspak Ltd et sa maman Oomadevi, Registrar au MIE. “C’est le fruit d’un travail de longue haleine”, dit sa maman avec le sourire.

Wazirah Banou Salauroo 1re Economics Side (State of Mauritius Scholarship)

‘Les examinateurs de Cambridge ne savent pas comment nous avons consacré ces deux années de préparation pour réussir ces examens de la HSC. Mon succès je l’attribue à la chance”, avance Wazirah Banou Salauroo, âgée de 19 ans. Après s’être classée 8e pour 2011, cette année c’est avec la bourse en poche qu’elle quitte le QEC. Des études en économie en Angleterre ou en Amérique et travailler pour la World Bank sont les rêves de la cette habitante de Terre-Rouge. Croire en soi et en dieu d’abord et travailler dur, sont les clés de la réussite. Elle aime lire, peindre et jouer au Badminton. Son papa Naushad qui est General Merchandiser à Goodlands avance que depuis la maternelle Wazirah était toujours la première de sa classe et aujourd’hui elle mérite ce titre de lauréate car elle a fait beaucoup d’efforts pour en arriver là.

Zainab B. Ibrahim Koya 2e Economics Side (State of Mauritius Scholarship)

‘Je suis très contente de ma performance. C’est un travail assidu qui a porté ses fruits. Je compte faire des études en finance. Cet ex-élève de Floréal SSS cependant affirme qu’elle ne va pas quitter sa maman Farida, elle compte rester à Maurice. “J’ai fait beaucoup de sacrifice pour que ma fille puisse réussir. Et je suis très contente de sa performance”, dit sa maman.

Deepti Devi Kutowaroo 2e Economics Side (Aditional Scholarship)

Agée de 20 ans, cet ex-élève du Sharma Jugdambi SSS à Goodlands, Deepti, la nièce de Me Arun Kutowaroo, ne s’attendait pas à être lauréate. Elle pense faire des études en Forensic Accounting. Son choix se penche plus pour les universités américaines où elle a déjà commencé à s’inscrire.

Le collège Modern de Flacq réalise l’exploit

Le collège Modern de Flacq est entré dans la cour des grands après 45 années d’existence en tenant sa toute première lauréate pour la cuvée 2012, Beebee Ameerah Anathallee 18 ans, de la filière technique.

Une bonne nouvelle n’arrive jamais seule car deux autres élèves de l’établissement sont aussi parmi les classés.

Après l’annonce des résultats, une ambiance électrique régnait dans la cour de l’institution où les collégiens se sont réunis pour fêter comme il se doit cet exploit. Yogesh Sanmukhiya, recteur de ce collège privé a avancé que les résultats sont un “boost up pour la direction et le personnel du collège”. Il espère que ceux qui suivent vont prendre Beebee Ameerah Anathallee comme exemple pour les motiver à bien faire dans le futur.

La lauréate a remercié son collège, ses parents et se dit très fière d’avoir pu accomplir un tel exploit et espère que les générations futures suivront son exemple. Elle confie qu’elle a eu une préparation intense durant les deux dernières années et a eu l’encadrement nécessaire.

Cependant après les examens elle n’était pas certaine de pouvoir décrocher une bourse même si elle avait bien travaillé. Elle compte à présent poursuivre ses études en ingénierie aéronautique. Rooksanah sa mère se dit très heureuse de la performance de sa fille, je m’attendais qu’elle apporte des si bons résultats : “mo tifi ti pe travail. J’ai fait confiance à cet établissement avant de la transférer ici par la grandeur de dieu ala line reussi’.

Son père Moostoopha un inspecteur de police à la retraite, quant à lui, a déclaré qu’il a apporté le soutien nécessaire à sa fille et n’a pas hésité une seule seconde de la transférer du Couvent de Lorette de Rose-Hill au Modern College. En fait, elle a étudié jusqu’au School Certificate au Lorette de Rose-Hill.

Il a tenu à remercier le personnel de l’établissement en particulier, ses professeurs et le recteur. Il espère que cet exploit se répète dans le futur. ‘Sa montré ene college la campagne comme kapave gagne ene grand le course’ a-t-il souligné. Ameerah Anathalee est la benjamine d’une fratrie de quatre enfants.

Deux autres élèves du collège se sont classés notamment Ashnah Ramdowar qui se pointait 7e côté Technique et Chenel Jean Ashley qui lui s’est classé 5e côté Arts.

Megnath Sanmukhiya le manager de Modern College affirme que depuis 2006 chaque année des élèves parviennent à se classer sans jamais pouvoir décrocher une bourse. En 22 reprises des élèves ont concouru pour décrocher une bourse sans jamais y parvenir jusqu’à présent. Il a mis l’accent sur la devise de l’école : ‘The secret to success is proper use of time’.

Un 27e lauréat au MGI

Le Mahatma Gandhi Institute (MGI) compte désormais un 27e lauréat dans ses rangs. Il s’agit d’Akhilesh Oogatoo, sorti premier Arts Side. Ce jeune homme, ‘head boy’, était le ‘golden boy’ du collège, a indiqué Thavarajen Mauree, Acting Director of Schooling du MGI-RTI. Il compte poursuivre ses études en langues en Angleterre.

Akhilesh Oogatoo indique que c’est un travail assidu qui lui a permis de devenir lauréat. “C’est grâce au dur labeur, au soutien de mes professeurs et à mon rêve d’être lauréat que je le suis aujourd’hui.’

Cet habitant de Goodlands avait choisi l’anglais, le français et les mathématiques comme matières principales et l’hinduisme comme sujet subsidiaire. Son succès n’a rien d’étonnant vu son brillant parcours scolaire. En effet, cet ancien élève du collège SSS Goodlands a obtenu six unités aux examens du School Certificate avant de changer d’établissement scolaire. Il en a profité pour remercier ses enseignants de SSS Goodlands pour leur soutien continu.

Le lauréat ne vient pas d’un milieu aisé. Son père, autrefois Nursery Man au ministère de l’Agriculture et planteur à temps partiel, est désormais retraité et sa mère ne travaille pas. Akhilesh Oogatoo a une grande sœur qui n’est pas à Maurice.

‘Avec les activités extra-scolaires et les études, le tempo a été dur à garder. Je ne sais pas trop comment, mais j’ai réussi à être présent pour les activités extrascolaires et à étudier pour obtenir le niveau requis. C’est sûrement dû au travail assidu que j’ai fourni et à l’encouragement constant de mon entourage’, raconte le lauréat.

‘Le collège a un standard que notre ‘golden boy’ a su garder. Akhilesh a réussi à concilier activités extra-scolaires et ses études sur les deux ans de préparation pour les examens du HSC. Il s’agit d’un grand travail d’équipe, réunissant l’élève, les parents, les profs et l’administration”, a dit Thavarajen Mauree. Il précise qu’au total, le MGI-RTI compte quatre lauréats, à savoir un au MGI de Moka, un au MGI de Solférino et deux à la Rabindranath Tagore Secondary School.

Cette année, le MGI a enregistré un taux de réussite de 97,6 %, ce qui représente une hausse de 2 % par rapport à l’année dernière, souligne le Director of Schooling. Il dit qu’il visait 100 % de réussite et au moins trois lauréats, mais les deux autres qui étudiaient côté sciences n’y sont pas arrivés. “Dans les années qui suivent, nous tenterons définitivement d’obtenir 100 % de réussite’, a affirmé Thavarajen Mauree.

Pour Kavita Bhuckory, Acting Rector du collège, l’établissement ne se concentre pas que sur l’aspect académique, mais sait comment balancer études et activités extrascolaires pour le développement global de l’élève. “Le point clé de la journée sera quand notre lauréat parlera aux plus jeunes. Cela leur servira d’encouragement et de motivation, surtout avec l’effervescence qu’a apportée la réussite d’Akhilesh”, dit-elle.

Bijaye Madhou, directeur général du MGI-RTI, a souligné que certainement, la performance dans tous les établissements du MGI-RTI s’améliorera année après année.

Lady Sushil Ramgoolam SSS crée la surprise

Le collège Lady Sushil Ramgoolam SSS, situé à Triolet, a créé la surprise lors de la cuvée 2012. Elle a produit sa toute première lauréate après 34 ans d’existence. Il s’agit de Priyadarshini Soobhug qui a obtenu une bourse côté arts (filles). Les enseignants et la rectrice Jocelyne Teng étaient tous très contents. ‘Priyadarshini Soobhug a fait honneur au collège’, ont-ils dit.

Pour la lauréate, les deux années ont été assez dures, mais il a fallu travailler avec détermination. “Je m’attendais à devenir lauréate car je faisais beaucoup d’effort. Mais à la dernière minute, je n’ai pas cru en mes chances. Je croyais que j’allais être classée. C’est un rêve qui se réalise. J’espère que d’autres suivront mes pas.’

La réussite, elle la doit aussi aux membres de sa famille. “Quand je révisais le soir, ils étaient tous à mes côtés. Je dédie aussi cette réussite à la rectrice Jocelyne Teng et aux enseignants qui m’ont aidée. Quand je sortais du collège, j’étais fatiguée mais je révisais quand même. Je me reposais que très peu. J’avais eu d’excellents résultats en Form V et ma rectrice m’avait dit de rester dans cet établissement et maintenant je fais honneur au collège.” Priyadarshini Soobhug compte rentrer au pays après avoir terminé ses études de droit. Poorondass Soobhug, le père de Priyadarshini, qui travaille à la Financial Services Commission, ne cache pas sa joie. “Je remercie la rectrice et les enseignants. J’étais confiant que ma fille allait avoir de bons résultats”, a-t-il lancé. Ansury Soobhug, la mère de la lauréate, qui travaille dans une usine, et Shruti Soobhug, sa soeur aînée, se disent très fières de cette réussite.

La rectrice Jocelyne Teng précise qu’on a suivi l’élève depuis la Form I. “Nous l’avons bien encadrée. Elle faisait souvent des devoirs additionnels. C’est une fierté qu’on a produit une lauréate”, a-t-elle dit.

Le collège St-Esprit rafle sept lauréats

Le collège St-Esprit a raflé sept lauréats. Ils sont Ryan Tannoo (Technical Side), Kaviraasen Mootoosamy (Science Side), Cédric Wong Tai Yun (Economics Side), Cédric Paul Sew Ho Tui (Science Side), Sandip Buckory (Science Side), Divij Rahul Yadav Koolwant (Technical Side) et Jay Rovisham Singh Doorga (Technical Side).

Le recteur, Jacques Malié a saisi l’occasion pour dire que les élèves de la St-Esprit sont des militants. Parlant sur la performance du collège, il a annoncé que le taux de la réussite est de 97 % cette année. Il a parlé des écoles non-stars et a dit que plus les collèges visent au perfectionnement, plus c’est mieux.
Le collège St-Esprit a dominé le collège Royal de Curepipe qui n’a décroché que six lauréats.

Cédric Paul Sew Ho Tui, premier du côté des sciences, qui habite Port-Louis a déclaré au Matinal qu’il est aux anges depuis qu’il a pris connaissance de ses résultats. Il dédie son succès à ses parents. Il a aussi expliqué que c’est son deuxième essai car il n’était pas satisfait de ses premiers résultats. Les parents du lauréat, qui sont des fonctionnaires se disent très fiers de la réussite de leur fils.

Lauréats 2012 : les ‘petits’ dans la cour des grands Sandip Buckory se dit satisfait de ses résultats. Pour lui, la clé de sa réussite est le plan d’une bonne révision. Il a dédié sa victoire à ses parents. Il envisage des études supérieures en droit à Cambridge University. Sandip ne s’attendait pas d’être lauréat.

Divij Rahul Yadav Koolwant lauréat du côté technique, ne cache pas sa joie. Entouré de ses amis, Divij déclare qu’il est heureux de faire la fierté de ses parents. Il compte entreprendre des études supérieures en aviation car son rêve est de devenir pilote. Son message aux aspirants lauréats : ne pas trop s’accrocher qu’aux études mais de participer aussi aux activités extra-curriculaires et pratiquer le sport.

Cédric Wong Tai Yun, lui, ne peut contenir ses larmes de joie. Il ne s’attendait pas d’être lauréat car d’être classé. Il confie que plusieurs de ses camarades ont travaillé durs mais n’ont pu décrocher le titre de lauréat. Cédric n’a pas encore décidé quelle filière il poursuivra.

Jay Rovisham Singh Doorga est heureux d’offrir cette réussite à ses parents. “Je suis très passionné par les sciences et la physique et j’ai l’intention de façonner ma carrière dans ce domaine”, confie le lauréat. Jay Rovisham était à son 2e essai. L’année dernière, il était classé 15e et n’était pas satisfait.

Ryan Tannoo a appris qu’il est lauréat du côté technique alors qu’il était au travail. C’est sa mère qui lui a annoncé la bonne nouvelle. Il dit être fier car ses efforts ont été récompensés. “Je fais actuellement un stage dans une firme d’architecte. J’ai l’intention de poursuivre mes études dans ce domaine car je souhaite devenir architecte”, a dit Ryan Tannoo.

Kaviraasen Mootoosamy confie qu’il est encore sous le choc et qu’il doit réfléchir pour ses études supérieures.

Raman Osman et Mahatma Gandhi de Solférino intègrent l’élite

Un lauréat ou plus. Cela procure une joie inouïe à un établissement secondaire et ses élèves. Et c’est décuplé quand les résultats propulsent des collèges qu’on n’attendait pas dans la cour des grands... L’émotion était à son comble après la proclamation des résultats, hier, aux SSS Sir A. Raman Osman à Phoenix et Mahatma Gandhi à Solferino. Les SSS d’Ebène (girls) et de Dr Maurice Curé décrochent aussi chacun un lauréat.

Aasiya Hasan Miyan de la SSS d’Ebène (girls), qui se dit heureuse et surprise d’être lauréate, envisage de faire carrière dans le domaine du nano-technologie. “C’était assez difficile d’être classée dans la filière Science et j’ai une pensée spéciale pour mes parents et mes professeurs qui m’ont toujours soutenue dans mes études.” La lauréate a une soeur jumelle qui a aussi pris part aux examens de la HSC.


Viva Pillay, la rectrice de la SSS d’Ebène, ne cache pas sa joie du fait que son établissement affiche une lauréate pour la deuxième année consécutive. “Le domaine de la Science est très compétitif et les filles ont travaillé très dur d’autant plus que nous avons la chance d’avoir une équipe de profs formidables et motivés.” Elle rappelle que le collège compte des élèves aux “mixed abilities” et que les enseignants se donnent à fond pour qu’elles réussissent. “D’ailleurs, la preuve est qu’il y a eu 100 % de réussite pour le School Certificate, ajoute la rectrice qui avoue quand même un petit pincement au cœur. “En effet, je tire ma révérence dans quelques jours, après dix ans dans ce collège, pour me joindre au ministère de l’Education, dit-elle. J’ai pris la direction de l’établissement alors qu’il était encore en chantier, je l’ai construit, j’en suis très fière, j’ai le sentiment d’avoir accompli quleque chose et j’espère que le flambeau continuera à briller.”

Nabeel Mohammud Khodabux, de la SSS Sir A. Raman Osman, ne s’attendait pas non plus à être lauréat. “En premier, je remercie Dieu pour cette grande faveur, puis les professeurs qui ont été à mes côtés tout au long de mon parcours et je suis reconnaissant envers mes parents qui ont cheminé avec moi depuis le pré-primaire jusqu’au secondaire.” Pour l’instant, il hésite entre des études en journalisme et communication, et le droit.

Abdool Azize Moosuddee, le recteur de la SSS Sir Abdool Raman Osman souligne que c’est leur premier lauréat. “J’en suis très heureux et ce résultat provient du dur labeur des élèves, enseignants et non-enseignants et des parents bien sûr. “Nous souhaitons avoir davantage de lauréats à l’avenir.”

Haajrah Begum Rohom, l’unique lauréate de la SSS Dr Maurice Curé se dit ravie de cette réussite. “Derrière cela, il y a eu un travail assidu et beaucoup de sacrifices, je remercie Dieu, mes parents et mes professeurs pour leur soutien indéfectible et je dédie ce succès à mes grands-parents qui, hélas, ne font plus partie de ce monde depuis l’année dernière...” Elle veut poursuivre ses études de droit en France ou en Angleterre et ensuite revenir et servir sa patrie. La mère de la lauréate attribue sa réussite à une discipline et un travail assidu.

Shyama Rambocus, la rectrice de la SSS Dr Maurice Curé est très émue car c’est après trois ans que le collège revient avec une lauréate. “Elle le mérite car elle a travaillé dur en plus d’être bien encadrée par les professeurs dans la préparation aux examens, dit-elle. Ces derniers ont un rôle prépondérant dans le cheminement des élèves et c’est ce qui les motive à réussir en plus de la bonne entente qui a toujours régné entre les deux. Comment ne pas rappeler aussi que le collège affiche, cette année, 100 % de réussite ?”

Rachna Bhoonah, lauréate de la SSS Mahatma Gandhi de Solférino avoue qu’elle a trimé pour en arriver là. Elle se dit fière de ne pas avoir lésiné sur les sacrifices car sa réussite rejaillit aussi sur son collège. Elle souhaite devenir architecte. “Dans un premier temps, je travaillerai à l’étranger pour me faire un peu d’argent avant de revenir mettre mes compétences au service de Maurice.”

Manjula Achameesing, la rectrice de la SSS Mahatma Gandhi, exprime sa satisfaction. “C’est une grande première pour le collège, je félicite tous les élèves qui ont participé aux examens et je salue les membres du personnel pour leur travail remarquable.

RCPL : troisième meilleure performance chez les garçons

Sentiment mitigé au collège Royal de Port-Louis (RCPL). Si d’un côté ce ‘‘Star College’’ a raflé cinq lauréats, de l’autre, le taux de réussite enregistré est inférieur à 90 %, soit de 88,4 %.

Pour Preetam Rambaruth, recteur de cet établissement, ce pourcentage est dû à la non participation d’un élève aux examens l’an dernier, alors qu’il s’était enregistré comme candidat. ‘’On n’avait d’emblée que 64 candidats. Automatiquement, le retrait d’un d’entre eux, a des incidences directes sur le taux de réussite’’, a-t-il déclaré.

Le RCPL s’est distingué du côté des sciences avec quatre lauréats au total. Le trio composé d’Israr Mohammad Ghanty, d’Ashley Ramphul et d’Abhinav Naga a remporté le State of Mauritius Scholarship.

Les deux autres lauréats sont Nawfal Mohammad Khodabacchas pour l’Additional Scholarship Science Side et Sufyaan Muhammad Tupsy pour l’Additional Scholarship Economic Side. Ce dernier, ancien éléve de Triolet SSS, s’est joint au RCPL après avoir décroché huit unités aux examens du School Certificate, il y a deux ans. Il avait du mal à croire qu’il a été proclamé lauréat, hier. ‘‘C’est une grosse surprise’’, a-t-il concédé au Matinal.

Issue d’une famille modeste résidant Morcellement St André, son père, maçon, et sa mère, femme de ménage, Sufyaan Muhammad Tupsy compte poursuivre ses études universitaires en comptabilité. Interrogé sur son succès, il a dit qu’un travail assidu à l’école et à la maison est nécessaire.

Khodabacchas Mohammad Nawful, également résidant Morcellement St André, fréquentait auparavant l’établissement secondaire de Belle-Village. Il estime que son rêve est devenu une réalité. ‘‘Le travail, le travail et le travail’’, a-t-il répondu à notre question par rapport aux éléments qui ont contribué à sa réussite. Concernant ses études universitaires, il compte poursuivre dans le domaine des mathématiques et trouver un emploi dans le secteur financier.

Ashley Ramphul, ancien élève de Ramlallah SSS à Mapou et habitant Montagne-Longue, veut suivre les traces de son père et devenir médecin. Il veut mettre le cap sur la Grande-Bretagne. A la question de savoir s’il va retourner au pays, il dira que tout dépendra des opportunités disponibles.

Concernant les projets d’avenir d’Abhinav Naga, il avait commencé son apprentissage à Adophe de Plevitz SSS et veut suivre ses études supérieures à Oxford University. A la question ‘‘va-t-il retourner au pays?’’, il dira que ‘‘cela dépend…’’ d’un air pensif.

L’autre lauréat, à savoir Israr Mohammad Ghanty, se trouve en Afrique du Sud depuis janvier où il étudie déjà la médecine.

Deux boursiers pour Droopnath Ramphul SC

C’était l’effervescence au Droopnath Ramphul State College à Calebasses après la proclamation des résultats du Higher School Certificate. Ce collège d’Etat a fait deux lauréates pour la cuvée 2012. Elles sont Shresta Devi Bijloll et Yashwinee Chooraman. Le recteur de cet établissement scolaire Persand Nowkeswar a souligné qu’il s’attendait à de bonnes performances de ses élèves. “Nos élèves se sont données à fond et c’est pourquoi nous avons eu 100 % de réussite. On attendait des lauréates. Les filles ont été à la hauteur de notre espérance”, a-t-il dit. Les deux filles n’étaient pas au Droopnath Ramphul SC depuis le ‘Form I’. Ce n’est qu’on ‘Lower Six’ qu’elles ont rejoint cet établissement. Elles étaient respectivement à la Lady Sushil Ramgoolam SSS et Simadree Virahsawmy SSS.

Shresta Devi Bijloll a déclaré qu’elle ne s’attendait pas à être lauréate. “C’est vraiment une fierté et une surprise. Je savais que j’avais bien travaillé mais je ne pensais pas que je serai lauréate. Je compte poursuivre mes études en économie à l’extérieur”, a-t-il dit. Son père est chauffeur de taxi à l’hôtel Maritim et sa mère est femme au foyer.

Yashwinee Chooraman a remercié ses professeurs, son recteur et ses parents qui l’ont grandement épaulée lors de ses révisions. “Je ne m’attendais pas à être lauréate. Je suis très contente. J’étais émue quand j’ai appris la nouvelle”, a-elle dit. Son père travaille à la State Bank of Mauritius et sa mère au Sugar Industry Labour Welfare Fund. La lauréate poursuivra ses études en ACCA et compte aussi faire une license en économie.

RTSS : deux lauréats

La Rabindranath Tagore Secondary School (RTSS) d’Ilot fait de nouveau parler d’elle avec deux lauréats pour la cuvée 2012. Ils sont Khonal Sonut de la filière Science et Ashini Vencatasawmy du côté art.

Après la publication de la liste des boursiers, les collégiens de l’établissement étaient en effervescence dans la cour pour fêter dignement leur réussite. Le recteur de la RTI, Mahend Gungapersad, se dit satisfait de ces résultats. “J’attribue ce succès au travail d’équipe et à la confiance que les élèves font à leurs professeurs, et je souligne que la majorité d’entre eux viennent d’un milieu modeste et qu’ils doivent fournir beaucoup d’efforts pour réussir.”

De son côté, Khonal Sonut a déclaré timidement qu’il s’attendait plutôt à obtenir de bons résultats mais qu’il est “content” d’être parmi les lauréats. Ce benjamin d’une famille de deux enfants a dévoilé le secret de son succès. “J’adore ce que je fais et et je fais ce que j’aime.” Par contre, il a avoué qu’il était un peu stressé à l’approche des examens mais que ses professeurs l’ont bien aidé pour la révision. Etudiant depuis la Form I au RTI, cet habitant de d’Epinay avait obtenu huit unités pour ses résultats du SC.

Pour sa part, Ashini Vencatasawmy, lauréate côté art, était très émue en apprenant la nouvelle. “Je ne m’attendais pas à décrocher une bourse, j’ai travaillé dur pendant les deux dernières années et être classée m’aurait suffi..., confie-t-elle. C’est en écoutant la radio que j’ai entendu mon nom, je n’en croyais pas mes oreilles et mo pa ti pe krwar sipa mwa sa.” Elle a remercié le recteur du collège Mahend Gangapersad qui, selon elle, a grandement contribué à son succès. Elle compte poursuivre des études en journalisme ou en langues. Sa mère Rajini est aussi surprise qu’elle. “Même si ma fille s’est donnée à fond, je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit lauréate.” Son père Narainsamy a, lui, rendu grâce a Dieu et aux enseignants. “Se enn gran explwa pou la fami !”, a-t-il déclaré visiblement très fier.

Le PM : “Notre politique de démocratisation est une réussite”

Tout en félicitant les lauréats et indistinctement tous les candidats qui ont pris part aux derniers examens du Higher School Certificate (HSC) l’an dernier, le Premier ministre Navin Ramgoolam a dit noter que la politique de démocratisation de l’éducation mise en place par son gouvernement porte ses fruits. Cela eu égard à la performance de cinq établissements qui ont décroché pour la toute première fois des lauréats.

C’est peu avant 11h30 que le chef du gouvernement a apposé sa signature sur la liste officielle des lauréats au bâtiment du Trésor. Il a souhaité que la réforme entreprise dans ce secteur continue à apporter les résultats escomptés, soit une performance globale positive. Le Premier ministre dit également noter la participation d’un nombre élevé des candidats aux examens du HSC, passant de 7 000 durant ces dernières années à 13 000. Ce qui, dit-il, est encourageant. Il espère que cette tendance soit la même concernant les études supérieures. “D’autant que Maurice ambitionne de devenir un pays du premier monde’’.

Le Premier ministre s’est aussi attardé sur les bourses additionnelles offertes par le gouvernement, basées sur les critères sociaux et le mérite. Il dira que l’objectif est de continuer à augmenter le nombre de bourses à l’avenir. Il a appelé tous ceux qui comptent poursuivre des études universitaires à choisir des études ‘’judicieuses’’ vu que certains créneaux font face à un manque de compétence.

De son côté, le ministre de l’Education, Vasant Bunwaree, a justifié la légère baisse du taux de réussite 2012 comparativement à celle de 2011, faisant ressortir que le nombre de candidats était supérieur l’an dernier, soit 300 de plus. Il a appelé au sens de patriotisme des lauréats pour qu’ils rentrent au pays après leurs études.

Source: Le Matinal

vos réactions

blog comments powered by Disqus

à lire aussi


consulter nos archives

recherche

publicité



most viewed posts