Orange Ki News ? Ki news ? a l'ile Maurice http://www.orange.mu/kinews fr-fr Orange http://img.orange.mu/orange/static/img/orange.gif http://www.orange.mu 40 40 <![CDATA[Afrique : l’éducation et l’épargne, les principaux moteurs de la prospérité]]> Le sondage ‘Africa Prospers - Future Youth Drivers of the African Economy’ a été réalisé entre le 14 avril 2014 et le 8 août, à travers un panel de recherche en ligne et des campagnes ciblées sur les réseaux sociaux, soit 7 000 individus habitant l’Afrique du Sud, la Zambie, le Botswana, le Kenya, le Ghana, le Mozambique, les Seychelles, Maurice, la Tanzanie, l’Ouganda et le Zimbabwe. Le rapport Barclays Africa Prosper capture l’essence de ce que signifie le mot “prospérer” pour les habitants de 11 de ces pays.
L’enquête, étudiant les besoins et aspirations des jeunes Africains qui sont en fait les moteurs de la croissance des économies africaines, a révélé que les jeunes Africains rechercheraient l’indépendance financière. Réussir financièrement est la priorité commune à la majorité des participants à travers toutes les catégories socio-économiques sondées. Les trois principaux obstacles à la prospérité financière, selon les répondants, sont un manque de finance (69 %), un manque d’opportunités (50 %) et un manque de conseils financiers (26,2 %).
De surcroît, les Africains considèrent que l’investissement dans l’éducation et l’épargne sont les principaux moteurs de la prospérité qui engendreront la croissance économique. Il apparaît aussi que la jeunesse africaine préférerait investir son argent pour financer des études plutôt que de l’utiliser pour l’achat de biens de consommation tape-à-l’œil. Une des principales conclusions du rapport africain est le taux élevé d’épargne et d’économies rapporté par les participants. Près de 50 % d’entre eux seraient prêts à économiser ou à investir pour prospérer financièrement, un chiffre fort si l’on considère l’explosion de l’épargne asiatique.
Il y a plusieurs décennies, l’Asie a connu une forte croissance de sa jeune population. Ce continent a su en profiter en créant des opportunités d’emplois et en encourageant les jeunes à épargner. Une croissance économique soutenue et un taux élevé d’épargne ont alimenté la création de richesse en Asie. Ainsi, la propension à épargner des habitants de l’Asie-Pacifique est exceptionnelle quand on la compare à celle des Etats-Unis ou de l’Europe.
L’épargne nationale brute varie de 24 % du PIB aux Philippines (le taux le plus bas), à 50 % en Chine (le taux le plus élevé), contre 13 % aux Etats-Unis et une moyenne de 19 % en Europe.
Photo : Nathan Carr, directeur général p.i de la Barclays Bank Mauritius et Feyçal Caunhye, Communications Manager & Corporate Affairs de la Barclays Bank Mauritius, présentant le rapport. ]]>
http://www.orange.mu/kinews/dossiers/business/386815/afrique-l-rsquo-education-et-l-rsquo-epargne-les-principaux-moteurs-de-la-prosperite.html http://img.orange.mu/Aujourdhui/kinews/images_dossier/386815-1.jpg Fri, 31 Oct 2014 08:39:00 +0400 31
<![CDATA[Des étudiants de la Middlesex University Mauritius Branch Campus récompensés]]> Ils étaient 57 étudiants de la faculté des sciences et technologies, dont une grande majorité du Nigeria, de l’Ouganda et un étudiant des États-Unis, à célébrer la fin de leurs études et à recevoir leur diplôme lors de la cérémonie.
Le titre de maîtrise en Business Information Technology et Computer Networks a été décerné à cinq étudiants de la Middlesex University Mauritius Branch Campus, enveloppés de leur toge et arborant un grand sourire, tandis que les 52 étudiants restants ont reçu leur diplôme en Information Technology and Business Information Systems.
Le Dr Karen Pettit a salué la performance de Sonia Mukundane, étudiante de la Middlesex University, qui a récemment brillé au sommet de l’Oxford-Harvard Intercollegiate Model African Union. Par ailleurs, elle a fait ressortir que le choix pour le titre de l’‘Outstanding Student” a été une tâche difficile pour la direction de la Middlesex University qui l’a finalement attribué au Nigérian, Nwasike Obinna Chukwueloka, étudiant en Business Information Technology.
“Je suis très content et satisfait. Durant mes études, j’ai appris à maîtriser la programmation, la gestion stratégique d’entreprise, le développement multimédia et le développement de logiciels. Je compte poursuivre mes études dans le même domaine, quoiqu’il me faudra faire une demande de bourse en raison de contraintes financières”, a lancé Nwasike Obinna Chukwueloka. ]]>
http://www.orange.mu/kinews/dossiers/business/386816/des-etudiants-de-la-middlesex-university-mauritius-branch-campus-recompenses.html http://img.orange.mu/Aujourdhui/kinews/images_dossier/386816-1.jpg Fri, 31 Oct 2014 08:39:00 +0400 43
<![CDATA[Deux institutions françaises partenaires de l’Académie des Chefs ]]> La cérémonie de signature aura marqué le premier évènement de la Semaine des Chefs, à l’hôtel AANARI de Flic en Flac.
Alain Jagueneau, responsable du GRETA, Isabelle Sere, du Lycée d’Hôtellerie et de Tourisme de Gascogne et Patrick Vitry, le fondateur de l’Académie des Chefs, ont procédé à la signature des accords après présentation du projet aux invités.
' Je suis extrêmement fier et heureux de commencer ce soir avec mes partenaires une collaboration qui va rendre possible, à l’ile Maurice, l’accès aux passionnants métiers des arts de la table ; avec un niveau de formation au moins équivalent à ce qui est proposé en France ' a affirmé M. Vitry.
L’Académie des Chefs représente une nouvelle offre de formation à l’ile Maurice en pâtisserie et boulangerie, cuisine et le domaine restaurant, qui comprend le service en salle et la sommellerie entre autres.
Pour répondre aux attentes des étudiants en termes de qualité et de performance, Patrick Vitry a privilégié un partenariat avec des institutions françaises reconnues internationalement.
D’une part, un des partenaires du projet est le Lycée de Gascogne, un des lycées de l'hôtellerie et du tourisme les plus anciens de France avec près de 40 ans d'existence. Celui-ci est un établissement public relevant du ministère de l'Éducation Nationale. Il figure parmi les établissements de référence en France en matière d'enseignement touristique et hôtelier et est labellisé ' Lycée des métiers '.
D’autre part, l’Académie est conventionnée par le GRETA de France. Le GRETA (Groupement d’Etablissement publics de l’Education Nationale de France) est une structure de l'éducation nationale qui organise des formations pour adultes dans la plupart des métiers. Ce label est gage d’excellence et est reconnu internationalement.
Le Lycée et le GRETA accompagneront l’Académie des Chefs et enverront fréquemment des Chefs-formateurs sur place afin qu’ils apportent leurs compétences et valident le déroulement de la formation.
Les formations continues de l’Académie des Chefs d’une durée de deux ans seront dispensées par une équipe de formateurs qualifiés et expérimentés, composée de professionnels français et mauriciens. Le programme d’enseignement est complet et comprend, entre autres, la culture générale de la gastronomie, la communication avec le client, l’élaboration de menu, et l’étude des coûts.
Un accompagnement personnalisé sera offert aux étudiants qui seront suivis par un maître d’apprentissage sélectionné avec attention.
Par ailleurs, un des points forts de ces partenariats est l’accès à un réseau étendu pour le stage de fin d’étude à l’étranger.
Dans son allocution du mardi 28 octobre, Patrick Vitry a remercié chaleureusement le mécénat de Jumbo & Spar ainsi que de l’hôtel AANARI : ' le soutien inestimable de Jean Taminau, Directeur Général de SOMAGS, Jumbo & Spar et de Arnaud Teng, le directeur de AANARI, a permis à cette soirée et à cette cérémonie de signature officielle d’avoir lieu. Ils croient que ce projet est porteur d’avenir et je leur en suis reconnaissant ', a-t-il affirmé.
À noter la présence du parrain de l’Académie des Chefs, le Chef étoilé, Patrick Coudert, actuellement à Maurice dans le cadre de la Semaine des Chefs.
La Semaine des Chefs est une manifestation à l’initiative de l’Académie des Chefs visant à faire mieux connaître les métiers des arts de la table. Pour atteindre cet objectif, quatre éminents représentants de la gastronomie française ont étés conviés à partager leur savoir-faire au cours des différentes activités, du 28 au 1er novembre.
A noter la tenue du Dîner des Chefs le 1er novembre au Aanari pour conclure cette semaine en beauté. Une dizaine de Chefs, français et mauriciens, mitonneront un menu fusion autour du thème: ' Culture et Partage Gastronomique '. Une carte des vins sera spécialement élaborée en accord avec les mets. Le tarif est à 2500 Rs par personne et un verre de vin sera offert en dégustation. Les réservations sont encore ouvertes au 453 9000.
La Semaine des Chefs a été rendue possible grâce au mécénat de Jumbo&Spar, et du AANARI Hotel& Spa. Egalement, NPK RHUM, Tropical Sands, la Dorade et Ile Maurice Tourisme sont sponsors de l’évènement. ]]>
http://www.orange.mu/kinews/dossiers/business/386661/deux-institutions-francaises-partenaires-de-l-rsquo-academie-des-chefs.html http://img.orange.mu/Aujourdhui/kinews/images_dossier/386661-1.jpg http://img.orange.mu/Aujourdhui/kinews/images_dossier/386661-2.jpg Wed, 29 Oct 2014 14:14:00 +0400 32
<![CDATA[La Polo sera WRC en 2013]]> http://www.orange.mu/kinews/dossiers/business/283260/la-polo-sera-wrc-en-2013.html http://img.orange.mu/Aujourdhui/kinews/images_dossier/283260-1.jpg http://img.orange.mu/Aujourdhui/kinews/images_dossier/283260-2.jpg Fri, 08 Jul 2011 14:18:00 +0400 82 <![CDATA[Mödlareuth, le "petit Berlin", se remémore "sa" chute du Mur]]> Mödlareuth (Allemagne) (AFP)
Un morceau de l\'ancien mur de béton dans la bourgade de Mödlareuth (sud de l\'Allemagne), le 26 septembre 2014,  qui séparait il y a 25 ans en deux cette bourgade entre Allemagne de l\'est et de l\'ouest

Allemagne, 1989. Sous une averse de neige, une foule émue pénètre dans la brèche percée dans un pan de mur pour aller à la rencontre d'êtres chers dont ils vivent séparés depuis 37 ans.

Cette scène n'a pas eu lieu à Berlin, symbole de la partition des deux Allemagne du temps de la Guerre froide, mais dans une tranquille bourgade à flanc de colline, dans le sud du pays, Mödlareuth.

Le 9 décembre, il y a 25 ans, un mois jour pour jour après la chute du mur qui scindait en deux l'actuelle capitale allemande, une autre frontière de béton tombait à son tour dans ce hameau rural d'environ 50 âmes, à cheval entre la Thuringe et la Bavière.

Mödlareuth était déjà depuis le XIXe siècle une étrangeté : une seule communauté, partageant une école, une caserne de pompiers, une auberge, et célébrant unie les fêtes du village, mais dépendant administrativement de deux Etats régionaux distincts, avec différents codes postaux ou indicatifs téléphoniques. On se saluait même différemment de part et d'autre !

En 1949, la limite géographique formée par un modeste ruisseau passant au milieu du bourg se transforme en coupure nette entre la République Fédérale d?Allemagne (RFA) et sa voisine communiste, la République démocratique allemande (RDA).

- Hameau coupé en deux -

Les premières années, les habitants sont encore autorisés à circuler des deux côtés de la rivière. Mais en 1952, la RDA durcit le ton et dresse au coeur de Mödlareuth une palissade en bois, remplacée en 1966 par un mur de béton de 700 mètres de long et de plus de 3 mètres de haut se voulant infranchissable, garni de miradors et gardé jour et nuit. De part et d'autre s'étiraient les barbelés de la frontière inter-allemande, moins spectaculaires mais tout aussi difficiles à franchir.

L\'ancien maire de Mödlareuth, Arnold Friedrich entre dans le musée de la ville, le 26 septembre 2014, qui rappelle le sort de cette ville partagée entre l\'Allemagne de l\'est et de l\'ouest jusqu\'en décembre 1989

Quelques familles sont expropriées, beaucoup sont déchirées.

"Du jour au lendemain, les enfants de la partie bavaroise ne pouvaient plus aller à l'école, située côté thuringeois, les agriculteurs ne pouvaient plus accéder à leurs champs, la communauté était brisée", raconte Robert Lebegern, directeur du musée germano-allemand fondé à Mödlareuth en 1990.

"Au début, on saluait les gens de l'autre côté du mur, mais ils ne réagissaient pas. Ce n'est qu'ensuite qu'on a appris qu'ils n'avaient pas le droit de nous faire signe", se souvient Karin Mergner, agricultrice venue s'installer à Mödlareuth en 1966 pour suivre son mari. Son exploitation, située côté ouest-allemand, jouxte une portion de mur longue de 100 mètres conservée par le musée, un vestige qui attire chaque année 70.000 visiteurs.

Cette balafre dans le paysage, matérialisation du rideau de fer entre blocs occidental et soviétique, demeurera intacte à Mödlareuth jusqu'au 9 décembre 1989 et vaudra au village le surnom de "Little Berlin", le petit Berlin.

Malgré l'interdiction pour les ressortissants de RDA de se rendre en Allemagne de l'Ouest, hormis pour les retraités et les personnes munies d'un visa spécial, les villageois tentaient de garder le contact.

Un ancien mirador photographié le 26 septembre 2014 dans le village de Mödlareuth et qui était installé dans la partie allemande de l\'est de cette bourgade

En grimpant sur la colline, ils pouvaient s'apercevoir. "Quand des vêtements bleus de bébé étaient suspendus à une corde à linge, on savait qu'un garçon était né, et c'est comme ça que les gens suivaient ce qui se passait de l'autre côté", explique Arnold Friedrich, maire dans les années 80 et 90 de la partie bavaroise, en RFA.

- 'Sentiment de communauté intact' -

Les citoyens ouest-allemands étaient autorisés, sous conditions, à aller de temps à autre en RDA, ce que faisait parfois Karin Mergner pour apporter à ses voisins des bananes et du café, denrées rares en Allemagne de l'Est. Pour atteindre l'autre côté du village, situé à quelques dizaines de mètres à vol d'oiseau, il lui fallait faire un détour en voiture de deux heures ponctué de fastidieux contrôles policiers.

"Je n'avais jamais imaginé que je verrais le jour où le mur tomberait", confie la sexagénaire. En voyant à la télévision l'ouverture de celui de Berlin le 9 novembre, elle espère un phénomène identique à côté de chez elle.

Mais il faudra quatre semaines pour que le poste-frontière de Mödlareuth mette un terme à des décennies d'imperméabilité. "On s'est tous embrassé, on a bu du mousseux ensemble... C'était fantastique", se souvient Mme Mergner.

"Je disais toujours que j'aimerais un jour pouvoir aller prendre une bière de l'autre côté du mur", se remémore aussi l'ancien maire, les yeux embués. "Le 9 décembre 1989, c'est devenu réalité. Le sentiment de communauté qui existait avant le mur était intact, les gens sont tombés dans les bras les uns des autres et c'était comme si le village n'avait jamais été divisé."

Un morceau de l'ancien mur de béton dans la bourgade de Mödlareuth (sud de l'Allemagne), le 26 septembre 2014, qui séparait il y a 25 ans en deux cette bourgade entre Allemagne de l'est et de l'ouest L'ancien maire de Mödlareuth, Arnold Friedrich entre dans le musée de la ville, le 26 septembre 2014, qui rappelle le sort de cette ville partagée entre l'Allemagne de l'est et de l'ouest jusqu'en décembre 1989 Un ancien mirador photographié le 26 septembre 2014 dans le village de Mödlareuth et qui était installé dans la partie allemande de l'est de cette bourgade ]]>
http://www.orange.mu/kinews/afp/actualites/386833/modlareuth-le-quot-petit-berlin-quot-se-rememore-quot-sa-quot-chute-du-mur.html Fri, 31 Oct 2014 14:14:40 +0400 49
<![CDATA[CSKA to test Zenit's title claims]]> Moscow (AFP)
Zenit´s players pose for the team photo prior to the first leg UEFA Champions League Group C football match Bayer 04 Leverkusen vs FC Zenit St Petersburg, in Leverkusen, western Germany on October 22, 2014

Zenit St Petersburg's title ambitions face a stiff test on Saturday when Andre Villas-Boas' Russian league leaders take on reigning champions CSKA Moscow.

Zenit top the Premiership table with 29 points from 11 matches, four points clear of CSKA, with FC Krasnodar in third on 21 points.

Against the Red Army side Zenit are hoping to bounce back after crashing out of the Russian Cup Wednesday with a 3-2 extra-time defeat to lowly Arsenal Tula.

"It's a big shock for us," former Chelsea and Tottenham manager Villas-Boas said.

"With 10 minutes to go we had everything we needed to go through but we managed to lose control on the game.

"Now we have a big game coming up and it's a completely different story because it is the championship and we are still leading there.

"We need to get our concentration back, but without forgetting this one. It's a good example to take in to make sure that the games like this never happen again."

On Saturday Villas-Boas will be able to field a full-strength squad, while CSKA are still without Brazilian Vitinho and the Swede Rasmus Elm, while Ivory Coast sharpshooter Seydou Doumbia has still to hit top form.

CSKA, who advanced into the Russian Cup's last eight with a confident 2-0 win over city rivals Torpedo, are aiming to narrow the gap to the leders Zenit in their head-to-head clash.

"We're satisfied both with the result of our cup match and the way we've achieved it," CSKA head coach Leonid Slutsky said.

"Some of our team's leaders received a rest and were not playing on Wednesday. Now I expect them to perform at their top against Zenit.

"We all understand the great importance of this match and are hoping to achieve a positive result on Saturday."

Meanwhile FC Krasnodar, who beat Terek Grozny 2-0 a week ago to go third, have a decent chance to claim all three points at Mordovia Saransk, who have lost their last two Premiership matches by the same 5-0 scoreline.

On Thursday Krasnodar, who were without their two key midfielders Vladimir Bystrov and Marat Izmailov, were knocked out of the Cup 3-1 by Samara.

"The match exposed our weaknesses," said Kranodar manager Oleg Kononov.

"We must draw conclusions from this defeat to avoid it in the future. The upcoming match with Mordovia will show whether we're capable of doing that."

Fixtures (all times GMT)

Friday

Rostov v Ural Yekaterinburg (1600)

Saturday

CSKA Moscow v Zenit St Petersburg (1300)

Sunday

Lokomotiv Moscow v Dynamo Moscow (1030), Mordovia Saransk v FC Krasnodar (1330), Kuban Krasnodar v Spartak Moscow (1600)

Monday

Torpedo Moscow v Arsenal Tula (1100), Rubin Kazan v Amkar Perm (1330), Terek Grozny v Ufa (1600)

Zenit´s players pose for the team photo prior to the first leg UEFA Champions League Group C football match Bayer 04 Leverkusen vs FC Zenit St Petersburg, in Leverkusen, western Germany on October 22, 2014 ]]>
http://www.orange.mu/kinews/afp/football/386830/cska-to-test-zenit-s-title-claims.html Fri, 31 Oct 2014 14:14:35 +0400 48
<![CDATA[Keira Knightley reveals 'Bake Off' obsession]]> London (AFP)
British actors Keira Knightley and Benedict Cumberbatch pose for pictures as they arrive for the BFI London Film Festival\'s premiere of \'The Imitation Game\' at the Odeon Leicester Square in London, on October 8, 2014

Actress Keira Knightley tried to avoid going to the premiere of her new film to watch the final of 'The Great British Bake Off', she has told an interview.

The London screening of 'The Imitation Game', starring Knightley and Benedict Cumberbatch as World War Two code-breakers, clashed with the final of the popular cooking contest.

"There was a real moment where I was like 'no, but no, you don't understand'?can I just walk the red carpet and just go back and watch it?" Knightley told an interview for Saturday's edition of The Jonathan Ross Show.

The grand finale of the BBC 1 baking show was seen by over 13 million viewers.

"I did actually leave the party a bit early so I could watch it on iPlayer afterwards so that nobody would tell me what happened," Knightley said.

"I turned off the radio on the way back so I didn't know.""

British actors Keira Knightley and Benedict Cumberbatch pose for pictures as they arrive for the BFI London Film Festival's premiere of 'The Imitation Game' at the Odeon Leicester Square in London, on October 8, 2014 ]]>
http://www.orange.mu/kinews/afp/monde/386805/keira-knightley-reveals-bake-off-obsession.html Fri, 31 Oct 2014 07:14:32 +0400 74
<![CDATA[PSG: Cavani explique que sa "situation est particulière" ]]> Paris (AFP)
à Nicosie

L'attaquant uruguayen du Paris SG (D1), Edinson Cavani, auteur d'un modeste début de saison, assure que désormais "tout va bien" et explique que "sa situation est particulière" au PSG, dans un entretien au quotidien français Le Parisien/Aujourd'hui en France vendredi.

"Je vais bien", assure le joueur. "Il y a eu un moment difficile, mais pas seulement pour moi, pour l'équipe. Les résultats n'étaient pas au rendez-vous", ajoute-t-il.

Concernant les critiques entendues ces dernières semaines, Edinson prévient : "Je suis prêt à recevoir des critiques (...) J'assume ma responsabilité et je fais tout pour retourner la situation. Mais il faut juger en général et pas seulement certains footballeurs."

Et d'expliquer : "Ma situation est un peu particulière. Je respecte les décisions du club et de l'entraîneur, mais j'ai la caractéristique de pouvoir jouer à différents postes et de pouvoir accomplir différentes missions. Je dois donc être fort dans ma tête et me dire qu'une fois je vais jouer à un poste et la fois d'après à un autre. C'est ce qui rend ma situation particulière, mais je travaille pour m'adapter."

L'Uruguayen, 27 ans, qui joue sur le côté pour laisser la place d'attaquant de pointe à Zlatan Ibrahimovic, rappelle : "quand un footballeur ne joue pas à son poste pendant un moment il perd le timing dans les déplacements. Ce premier point est fondamental."

Au sujet de "sa relation" avec l'attaquant suédois, Cavani se demande "pourquoi il y a tant de questions?". "Il n'y a aucun problème", affirme-t-il au quotidien, "j'ai la même relation avec lui qu'avec mes autres partenaires." Il avoue même "être meilleur" quand Ibahimovic est avec lui sur le terrain. "Nous sommes complémentaires. Il peut attirer des défenseurs sur lui et créer des espaces. Il met ses partenaires en valeur."

]]>
http://www.orange.mu/kinews/afp/monde/386824/psg-cavani-explique-que-sa-quot-situation-est-particuliere-quot.html Fri, 31 Oct 2014 11:14:37 +0400 81
<![CDATA[Manoj Muntashir miffed over being denied credits in Rang Rasiya]]> Rang Rasiya despite composing the lyrics for the film.

Manoj Muntashir claimed that he had penned the lyrics for the Ketan Mehta directorial six years ago after which the film was stuck. But now, that the film will finally see the light of the day, the lyricist is miffed about his work not being acknowledged. Recalling a similar experience, Manoj further added that when he had written the lyrics for Ketan Mehta's another film Tere Mere Phere, his credits were missing from the film's print and when he had discussed the matter with the filmmaker, it was dismissed as an error. So Manoj decided to stay mum but once again, the error has been repeated and Manoj believes that this time around, the missing credits seems to be a consequence of a fight he once had with filmmaker Ketan Mehta.

The two were at loggerheads over a financial matter when Manoj demanded his share of money for his work from Ketan Mehta. But soon the issue was sorted amicably after Ketan cleared the payment.

Responding to Manoj's claims, producer of Rang Rasiya and wife of Ketan Mehta, Deepa Sahi, stated that this was just a human error and that she has already asked the marketing team to rectify it on the footage and other promotional material. She was also all praises for Manoj's work in her film and appreciated his talent as a poet.

Manoj Muntashir, on the other hand, claims that his demands have fallen on deaf ears and his name still hasn't appeared on the credits.

Presented by Pen India and produced by Deepa Sahi along with Anand Mahendroo, Rang Rasiya stars Randeep Hooda, Nandana Sen in lead roles and it is slated to release on November 7. ]]>
http://www.orange.mu/kinews/danslemonde/bollywood/386827/manoj-muntashir-miffed-over-being-denied-credits-in-rang-rasiya.html Fri, 31 Oct 2014 12:10:14 +0400 75